Qu'est-ce que l'Observatoire de la Digitalisation

Logo

le chiffre de Septembre

54%

Un salarié sur deux estime que son entreprise investit suffisamment dans les solutions numériques

L'interview

Marc Trilling

CEO Saegus

Revoir l'émission sur BFM Business

Même si le sujet de la digitalisation revêt plein d'autres aspects comme la mobilité, la donnée, la digitalisation des espaces de travail… Elle touche l'ensemble des salariés de près ou de loin et continue d’être un sujet central.

L'oeil de l'expert

Ne plus cacher mais exposer les erreurs, pour mieux en retenir les leçons et réussir à créer un cercle vertueux d’apprentissage continu. Ensuite, ménager son actif principal : ses salariés.

Un effet de taille

Parler de startup agile par exemple relève souvent du pléonasme. Alors qu’adopter les approches et méthodes Agile pour une entreprise de plusieurs décennies représente souvent un défi long et complexe pour se voir décliné sur l’ensemble de ses salariés, de ses sites, et de ses pays aux cultures collaboratives souvent différentes.

Le poids de l'existant ensuite

Comment avancer vite lorsque les processus et les outils existants, mis en place après de considérables efforts sont remis en cause par des besoins nouveaux qui imposent de changer rapidement les normes établies, quand ils n’exigent pas carrément de les contourner ? Migrer tous les outils dans le cloud ? Mais quid de la sécurité, de la conformité, de la migration des données qui demanderont un temps conséquent ? Les startup n’ont pas ce problème, bougent donc plus vite et viennent concurrencer les grandes entreprises sans que ces dernières aient eu le temps de s’en rendre compte.

La culture enfin

Finissons par le facteur peut-être principal. Le plus compliqué aussi puisqu’il s’agit souvent d’une bascule de plusieurs paradigmes. Quelques exemples. D’abord le droit à l’erreur. Ne plus cacher mais exposer les erreurs, pour mieux en retenir les leçons et réussir à créer un cercle vertueux d’apprentissage continu. Ensuite, ménager son actif principal : ses salariés. Il s’agit pour ce point d’une conviction nécessaire car difficilement démontrable par un calcul savant de retour sur investissement. Simplement croire que des personnes travaillent mieux ensemble lorsqu’elles se connaissent et sont épanouies et que cela a un impact direct et durable sur l’efficacité de l’entreprise. Enfin la position des dirigeants : d’une position de contrôle et commandement à une inspiration par l’exemple. Dit autrement : incarner le changement avant de le décréter. ​ Adopter soi-même de nouveaux usages pour en faire la promotion et inspirer les équipes à suivre.

Télécharger l’étude détaillée